Actualités du Dispositif Pinel

Immobilier : 70 % des nouveaux crédits dépassent les 20 ans

  • La durée des crédits immobiliers pour les investissements en loi Pinel et les autres opérations s’allongent en France. En parallèle, le coût d’accession à la propriété ne cesse d’augmenter. Une situation commune à de nombreux pays.

    Des crédits immobiliers de plus en plus longs

    Les durées des crédits contractés par les Français ne cesse d’augmenter. D’après une étude récemment menée par l’Observatoire crédit logement CSA, la durée moyenne des emprunts immobiliers contractés dans le cadre de l’acquisition d’une résidence principale est de 230 mois, ce qui correspond à une période de 19 ans.

    En moyenne, cette durée s’est étendue de 31 mois sur les 5 dernières années. En d’autres termes, force est de constater que le crédit des Français s’étend d’un mois tous les deux mois, ce qui est relativement conséquent.

    Ces faits sont la conséquence immédiate de la hausse des prix de l’immobilier dans les grandes villes Françaises. Dans certaines zones tendues, les prix augmentent tandis que les ressources de la population stagnent. La seule option alors à disposition des primo-accédants, reste l’allongement de la durée du crédit pour ne pas faire grimper le montant des mensualités.

    À l’heure actuelle, les prêts qui dépassent les 20 ans correspondent à plus de 70 % des nouveaux crédits contractés. Parmi eux, 45 % disposent d’une durée au supérieure ou égale à 25 ans. Les emprunts peuvent parfois s’étendre jusqu’à 30 ans, mais s’ils ne sont pas les plus nombreux (moins de 1% du marché). En parallèle, l’apport personnel des acheteurs se réduit proportionnellement.

    Alors, jusqu’où peut se prolonger cette tendance ? On considérait autrefois que les limites d’endettement du contribuable allaient obliger les vendeurs à ne pas augmenter leur prix. Il n’en a rien été et les différents acteurs du marché (banques et acquéreurs) ont su s’accommoder de ce marché en constante évolution. Les banques ont de leur côté mises à disposition des durées étendues tandis que les acquéreurs ont contracté des prêts plus longs pour accéder à la propriété.

    Des nouveaux crédits de plus en plus longs

    Les Français empruntent plus longtemps

    Des voisins pas exempts de tous reproches

    En France la durée des emprunts maximum atteint 30 ans, ce qui n’est pas le cas de tous les pays européens :

    PaysDurées maximales des crédits observées
    Suisse, Royaume-Uni
    50 ans
    Suède
    1 siècle
    Pays-Bas
    Hypothèques sur plusieurs générations

    En Suisse et au Royaume-Uni, certains crédits courent par exemple jusqu’à 50 ans. De leur côté, de nombreux contribuables suédois se sont endettés pour plus d’un siècle. Il faut toutefois noter que le mécanisme de remboursement est différent en Suède. Les mensualités pour les remboursements ne concernent que les intérêts tandis que le capital est payé en une seule fois, lors de la revente du bien. Ce type de prêt, également accessible en France, se nomme le prêt in fine.

    Lorsque la bulle spéculative sur l’immobilier a éclaté au japon dans les années 80, les acquéreurs contractaient alors des prêts sur plusieurs générations. Au Pays-Bas, des hypothèques familiales commencent à apparaître. Dans ce fonctionnement, parents et enfants s’engagent conjointement au remboursement de l’emprunt.

    De leur côté, les différents marchés immobiliers Français sont détachés. D’une part, on assiste à une hausse des prix de l’immobilier dans certaines régions tandis que les prix diminuent dans d’autres. Concrètement, 50 % de la France n’arrive pas à acheter tandis que l’autre moitié ne parvient pas à vendre. On pourrait donc aboutir à terme à un système d’endettement sur plusieurs générations.

Mon éligibilité Pinel en 30s

34 103 tests réalisés | 25 204 contribuables éligibles